Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Lahérie

Le village de Lahérie

Lahérie a assez bien conservé le caractère traditionnel d'un village ardennais. Ses fermes blanches ont été peu modifiées dans leur physionomie. Vous y croiserez également de petits personnages en bois, comme sortis tout droit de la forêt ardennaise.

Jusqu'à la Révolution française, ce village jouait un rôle plus important que le nombre modeste de ses habitants ne le laissait supposer. Il était le siège d'une cour de justice et un moulin y attirait nombre de cultivateurs de la région.

Le moulin est mentionné pour la première fois en 1551. Les moulins ont marqué durablement le paysage de l'Ardenne, comme d'ailleurs de toute la région agricole. Il existait différents types de moulins : celui qui écrase les grains destinés à l'alimentation des gens et du bétail, le moulin à tan qui broie les écorces de chêne et fournit les tanneries, celui qui écrase les faînes et autres graines oléagineuses pour en extraire l'huile (=huilerie). Le moulin de Lahérie appartenait à la première catégorie. Ce moulin n'était pas banal, contrairement à d'autres moulins de la région. Un moulin banal appartenait au seigneur et les habitants, dits banaux, étaient obligés d'aller y faire moudre leurs grains. Les francs-bourgeois (346 sur 802 chefs de famille dans le Terre de Neufchâteau en 1785) n'étaient pas soumis à cette servitude et pouvaient fréquenter des moulins privés, libres comme celui de Lahérie.

Actions sur le document